Écrire Etats-Unis. En Géorgie, le sursis de Warren Hill a été maintenu.

Informations complémentaires sur l’AU 197/12, AMR 51/050/2013, 22 juillet 2013 L’ordre d’exécution de Warren Hill a expiré le 20 juillet à midi, et le sursis qui lui a été accordé par un juge de l’État de Géorgie est toujours en vigueur. Le 12 juillet, les avocats de Warren Hill ont introduit devant un tribunal de comté en Géorgie une requête d’urgence portant sur le protocole d’injection létale actuellement utilisé pour les exécutions dans cet État. Leur requête a trait à la loi récemment promulguée par la Géorgie en vue de remédier aux difficultés qu’elle rencontre pour obtenir les produits destinés à l’injection létale. Cette loi classe comme « secret d’État », et soustrait donc à tout examen judiciaire, toute « information permettant d’identifier » ceux qui participent à l’injection létale ou l’administrent, ainsi que les personnes ou les entités qui fabriquent, fournissent, préparent ou prescrivent les « produits, fournitures médicales et équipements médicaux » utilisés lors des exécutions par injection létale. Trois heures avant l’heure prévue pour l’exécution de Warren Hill, dans la soirée du 15 juillet, la juge Gail Tusan lui a accordé un sursis et a fixé une nouvelle audience au 18 juillet. L’État a établi la nouvelle date d’exécution au 19 juillet ; cependant, à l’issue de l’audience du 18 juillet, la juge a maintenu le sursis accordé, afin d’avoir le temps de se prononcer sur le fond des questions soulevées. Bien que le parquet ait déclaré qu’il avait l’intention de faire appel de ce sursis auprès de la Cour (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.