Écrire Honduras. L’armée ouvre le feu sur des manifestants.

AU 188/13, AMR 37/006/2013, 23 juillet 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 SEPTEMBRE 2013 Le 15 juillet, l’armée a ouvert le feu au cours d’une manifestation au Honduras, tuant un responsable indigène et blessant grièvement son fils. Les manifestations se poursuivent et la sécurité des manifestants fait l’objet de lourdes craintes. Les communautés indigènes lencas de Río Blanco, dans le département de Santa Bárbara (ouest du Honduras), manifestent depuis avril contre un projet hydroélectrique sur les terres qu’elles occupent depuis des siècles. Elles affirment ne pas avoir été consultées de façon appropriée avant le début de la mise en place du projet. Ces communautés font partie du Conseil civique d’organisations populaires et indigènes du Honduras (COPINH). Le 15 juillet vers midi, comme tous les jours depuis trois mois, une centaine de manifestants ont commencé à se diriger vers l’entrée du site du projet hydroélectrique. Selon certaines informations, la manifestation était pacifique et les participants avançaient sous la surveillance de la police et de l’armée. Alors qu’ils approchaient du site, l’armée a ouvert le feu en direction de la foule. Tomás García, un responsable indigène, adjoint au maire d’une commune locale, qui a participé activement à la campagne contre le projet, a été touché au bras, à la poitrine et à la tête. Il est mort sur le coup. Son fils, Allan García Domínguez, 17 ans, a également été blessé. Il a reçu des soins et son état est stable. Un soldat a été arrêté à la suite de cet (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.