Écrire Espagne. Le dissident Alexandre Pavlov risque d’être torturé s’il est extradé.

AU 192/13, EUR 41/002/2013, 25 juillet 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 5 SEPTEMBRE 2013 Alexandre Pavlov, 37 ans, est détenu à Madrid, capitale de l’Espagne. Les autorités espagnoles envisagent de l’extrader vers le Kazakhstan. Amnesty International estime qu’il ne doit pas être extradé ni transféré au Kazakhstan car il risquerait véritablement d’y subir des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements ainsi qu’un procès inique en raison de ses liens avec le dirigeant de l’opposition Moukhtar Ablyazov. Alexandre Pavlov, ressortissant kazakh de 37 ans qui a déposé une demande d’asile en Espagne, fait l’objet d’une procédure d’extradition à la demande du Kazakhstan. La requête des autorités kazakhes a été examinée et acceptée le 23 juillet par la deuxième chambre de l’Audience nationale (tribunal pénal espagnol). S’il est renvoyé au Kazakhstan, Alexandre Pavlov risque de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements et un procès inique. Il a interjeté appel de la décision de l’extrader vers le Kazakhstan, mais Amnesty International craint qu’il ne soit transféré dans ce pays avant qu’il n’ait été statué sur son appel. L’organisation estime que la demande d’extradition formulée par les autorités kazakhes s’explique par les liens qu’entretient Alexandre Pavlov avec la personnalité de l’opposition Moukhtar Ablyazov, qui a fui le Kazakhstan en 2009 et a obtenu le statut de réfugié au Royaume-Uni en 2011. Alexandre Pavlov a été pendant plusieurs années le responsable de la sécurité de Moukhtar (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse