Écrire Cuba. Emilio Planas Robert et Rafael Matos Montes de Oca, des détracteurs du régime incarcérés pour s’être exprimés

AU 205/13, AMR 25/006/2013, 2 août 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 13 SEPTEMBRE 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux détracteurs du régime, condamnés à l’issue de procès sommaires pour des motifs sous-tendus par des considérations politiques, purgent actuellement des peines d’emprisonnement à Cuba. Amnesty International les considère comme des prisonniers d’opinion, incarcérés seulement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression. Emilio Planas Robert et Rafael Matos Montes de Oca ont été arrêtés respectivement les 23 et 27 septembre 2012 à Guantánamo, ville de la province éponyme, par des policiers et des agents de la Sûreté de l’État. Ces deux membres de l’Union patriotique de Cuba (UNPACU) ont été inculpés de « dangerosité » – concept défini comme la « propension d’une personne à commettre des infractions ». La législation qui se rapporte à ce type de mesure préventive érige en infraction pénale des comportements tels que l’ivrognerie, la toxicomanie et les « conduites antisociales ». Toutefois, elle sert aussi de prétexte pour emprisonner des dissidents politiques, des journalistes indépendants et des détracteurs du régime. Emilio Planas Robert a été condamné à trois ans et demi d’emprisonnement et Rafael Matos Montes de Oca, à deux ans et demi, à l’issue de procès sommaires qui ont eu lieu respectivement les 5 et 15 octobre 2012. Les autorités les avaient accusés d’avoir placardé dans la ville des affiches portant des slogans « (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !