Écrire Inde. Prashant Rahi, un journaliste détenu, risque la torture

AU 241/13, ASA 20/038/2013, 11 septembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 23 OCTOBRE 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Prashant Rahi, journaliste et défenseur des droits humains, a été arrêté le 1er septembre 2013. Soupçonné d’avoir des liens avec une organisation interdite, il est actuellement en garde à vue à Aheri (État du Maharashtra) et risque de subir à tout moment des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Prashant Rahi (également appelé Prashant Sanglikar) est un journaliste indépendant et un militant de 52 ans, installé dans l’État de l’Uttarakhand. Il se consacre activement à la mise en place d’une aide juridique pour les personnes arrêtées en raison de leurs liens présumés avec le Parti communiste indien maoïste (CPI-Maoïste), groupe armé interdit qui lutte depuis une décennie en vue du renversement des gouvernements élus dans plusieurs États d’Inde. La police du Maharashtra a déclaré avoir arrêté Prashant Rahi à Gondia (Maharashtra) alors qu’il se rendait à un rendez-vous avec un membre haut placé du CPI-Maoïste. Pourtant, la famille de cet homme affirme qu’il a été interpellé à Raipur (Chhattisgarh) alors qu’il s’apprêtait à rencontrer un avocat. Prashant Rahi est détenu en vertu de la principale législation antiterroriste indienne, la Loi relative à la prévention des activités illégales. Il serait impliqué dans des activités illégales et appartiendrait à une organisation terroriste, à laquelle il apporterait son (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir