Écrire Colombie. Le gouvernement colombien doit arrêter les paramilitaires

AU 247/13, AMR 23/041/2013, 13 septembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 23 OCTOBRE 2013 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Des paramilitaires menacent de tuer les Afro-Colombiens du bassin du fleuve Cacarica, dans le nord-ouest de la Colombie. Le risque de déplacement forcé est imminent. Le 12 septembre 2013, des paramilitaires ont atteint les zones de Bijao et El Limón, ainsi que celles de Nueva Vida et Nueva Esperanza en Dios, connues comme zones humanitaires, dans le bassin du fleuve Cacarica (municipalité de Ríosucio, département du Chocó). Ils ont déclaré être en possession d’une liste de chefs locaux qu’ils accusent de collaboration avec la guérilla. En Colombie, ceux qui sont désignés comme collaborateurs de la guérilla par les forces de sécurité et les groupes paramilitaires sont souvent la cible de violations des droits humains, comme des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des déplacements forcés et des menaces. Le 3 septembre, de nombreux paramilitaires avaient quitté la municipalité d’Unguía, dans le département du Chocó, pour rejoindre le bassin du Cacarica, semble-t-il pour « donner une leçon » à ses habitants. Cette incursion survient peu après des témoignages selon lesquels une centaine de paramilitaires ont été vus en train d’embarquer sur un ou plusieurs bateaux dans le port de la ville de Turbo, dans le département voisin d’Antioquia, un secteur où la présence policière est forte en permanence. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.