Écrire Nicaragua. Les droits des femmes sont menacés.

AU 249/13, AMR 43/002/2013, 17 septembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 OCTOBRE 2013 Au Nicaragua, une loi érigeant en infraction les actes de violence contre des femmes risque d’être modifiée, ce qui amoindrirait la protection qu’elle leur offre. Amnesty International est extrêmement inquiète de ce qui pourrait en résulter du point de vue de la sécurité des femmes. La Loi globale n° 779 contre la violence faite aux femmes est entrée en vigueur le 22 juin 2012. Elle constitue une avancée importante et un outil essentiel de lutte contre la violence faite aux femmes au Nicaragua. Elle reconnaît le droit des femmes à vivre une vie sans violence ni intimidation et dispose que les actes de violence physique ou psychologique visant des femmes sont des infractions répréhensibles. En outre, elle définit dans les grandes lignes les obligations de l’État en ce qui concerne sa mise en œuvre et la concrétisation des droits fondamentaux des femmes qui l’invoquent afin d’obtenir une protection. Bien qu’adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale en janvier 2012, ce texte est constamment attaqué par ceux qui considèrent qu’il fait voler en éclats l’unité familiale. En effet, il indique plus clairement aux femmes la voie à suivre si elles souhaitent quitter avec leurs enfants leur conjoint ou compagnon violent et faire traduire en justice les auteurs des violences dont elles ont été victimes. À partir du 16 septembre, l’Assemblée nationale pourrait réexaminer la Loi n° 779 et se pencher sur ses modifications (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse