Écrire Brésil. Des indigènes ( 60 Guaranis Kaiowás) menacés

AU 254/13, AMR 19/008/2013, 23 septembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 NOVEMBRE 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Amnesty International est inquiète pour la sécurité d’une soixantaine d’indigènes, parmi lesquels des enfants, qui ont occupé une plantation de canne à sucre qu’ils désignent comme leur terre ancestrale dans l’État brésilien du Mato Grosso do Sul le 15 septembre. Ils ont été menacés par des agents de sécurité armés travaillant dans la plantation pour une société privée. Le 15 septembre 2013, environ 60 Guaranis-Kaiowás de la communauté d’Apyka’y et d’autres villages ont occupé un terrain actuellement cultivé pour le sucre. Ils ont été expulsés en 1999 de ces terres où ils vivaient depuis le XIXe siècle, et ils se sont alors installés près d’une autoroute. Selon leurs dires, depuis qu’ils ont occupé la plantation, des agents de sécurité armés travaillant sur place pour une société privée les auraient menacés de mort. La Fondation nationale de l’Indien (FUNAI) était censée identifier les terres ancestrales de la communauté d’Apyka’y avant la fin 2010 aux termes de l’accord signé en novembre 2007 par la FUNAI, le ministère de la Justice, le ministère public fédéral et 23 responsables indigènes. Les Guaranis-Kaiowás d’Apyka’y ont signalé au ministère public fédéral qu’ils avaient été menacés par des agents de sécurité, qui les ont en outre empêchés d’aller chercher de l’eau dans un ruisseau traversant la plantation de canne à sucre. Des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse