Écrire Mexique. Craintes pour la sante de Adela Gómez Martínez, une militante emprisonnée

AU 263/13, AMR 41/062/2013, 25 septembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 OCTOBRE 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. La santé de la militante des droits sociaux Adela Gómez Martínez, emprisonnée à El Amate de Cintalapa, dans l’État du Chiapas, au Mexique, est menacée. Il est à craindre que sa sécurité soit en jeu et qu’elle soit détenue en représailles de son action militante. Amnesty International a appris qu’Adela Gómez Martínez ne recevait pas les soins médicaux nécessaires au Centre de réinsertion sociale n° 14 (CERSS n° 14), la prison d’État où elle est détenue. Adela Gómez Martínez souffre d’une grave maladie chronique des os, qui nécessite un traitement particulier. Elle a également une brûlure au deuxième degré à la main gauche, survenue avant son arrestation. Il semble que ni l’une, ni l’autre de ces pathologies n’ait été correctement soignée en prison. Le 15 août 2013, des policiers fédéraux et municipaux ont procédé à l’arrestation, sans présenter de mandat, d’Adela Gómez Martínez, de son compagnon Noé Hernández Caballero et de leurs enfants Tania Itzel Rincón Gómez et Pavel Marx Hernández Gómez devant leur domicile. Tania Itzel Rincón Gómez et Pavel Marx Hernández Gómez ont été ensuite libérés, mais ils ont raconté avoir été frappés, insultés et menacés par les policiers pendant l’arrestation. L’un des policiers leur a dit : « Ne vous mêlez pas de ça. Sinon, vous savez quoi ? Vous irez en enfer. » Tania Itzel Rincón Gómez a aussi indiqué (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.