Écrire Bahreïn. Le militant de l’opposition Naji Fateel, condamné à 15 ans de prison

Action complémentaire sur l’AU 114/13, MDE 11/047/2013, 3 octobre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 14 NOVEMBRE 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le défenseur des droits humains bahreïnite Naji Fateel a été condamné à 15 ans d’emprisonnement le 29 septembre 2013 pour sa participation au mouvement de jeunes opposants connu sous le nom de Coalition du 14 février. Lors de son procès, il a déclaré avoir été torturé et a montré les marques de torture visibles dans son dos. Naji Fateel, défenseur des droits humains âgé de 39 ans, a été condamné le 29 septembre à 15 ans de prison par la 4e chambre de la Haute Cour criminelle. Il était inculpé, entre autres, de « formation d’un groupe terroriste ayant pour but de suspendre la Constitution et de porter atteinte à l’unité nationale ». Naji Fateel a été arrêté le 2 mai à l’aube, sans mandat, à son domicile, dans le village de Bani Jamra (nord-ouest de Bahreïn). Il a été détenu au secret pendant deux jours. Selon ses déclarations, il a reçu des décharges électriques sur des parties sensibles du corps, des coups de pied et de poing, ainsi que des menaces de viol, pendant son interrogatoire par la police. Son procès s’est ouvert le 11 juillet et, pendant l’audience, il a enlevé sa chemise pour montrer les marques de torture dans son dos. Quarante-neuf autres personnes – dont une femme – ont été condamnées dans le cadre de la même affaire le 29 septembre. Reconnues coupables de participation à la Coalition du (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir