Écrire Bahreïn. Le responsable de l’opposition Abdel Jalil al Singace se voit refuser le traitement médical dont il a besoin

Action complémentaire sur l’AU 139/11, MDE 11/052/2013, 10 octobre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 NOVEMBRE 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Abdel Jalil al Singace, qui fait partie d’un groupe de 13 militants de l’opposition de premier plan détenus à Bahreïn, s’est vu refuser le traitement médical dont il a besoin. Cet homme est un prisonnier d’opinion. Professeur et porte-parole du mouvement al Haq, Abdel Jalil al Singace, 51 ans, a été condamné à la réclusion à perpétuité et purge sa peine à la prison de Jaww, à 30 kilomètres au sud de Manama, la capitale. Depuis mars 2013, au moins neuf rendez-vous avec les services de cardiologie, d’ophtalmologie et de dermatologie de l’hôpital militaire de Bahreïn, et 11 à la clinique de la prison ont été reportés parce que cet homme refuse de porter l’uniforme de la prison. D’après sa famille, il souffre, entre autres, d’une inflammation des sinus et d’un tympan perforé pour lequel il a besoin d’une opération chirurgicale. Entre mars et la mi-juillet, les 13 militants ont été privés des visites de leurs familles parce qu’ils refusaient de mettre l’uniforme de la prison. Ils estimaient que seuls les criminels le portent et que l’endosser reviendrait à se définir comme tels. À chaque fois que leurs proches se rendaient à la prison, ils s’entendaient dire qu’ils ne pouvaient pas voir les détenus car ceux-ci « n’obéissaient pas aux consignes de la prison ». Mi-juillet, 11 d’entre eux ont cédé aux (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse