Écrire Etats-Unis. Le Libyen Nazih Abdul Hamed al Ruqai, enlevé, détenu dans des conditions inhumaines.

Action complémentaire sur l’AU 283/13, AMR 51/071/2013, 25 octobre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 6 DÉCEMBRE 2013 Un Libyen capturé le 5 octobre par les forces américaines en Libye a été placé officiellement en détention à l’issue d’une audience d’un tribunal fédéral américain le 15 octobre. Il n’encourt pas la peine de mort, comme le craignait Amnesty International, mais l’organisation demeure préoccupée par les conditions inhumaines dans lesquelles il est maintenu. Le Libyen capturé le 5 octobre par les forces spéciales américaines, Nazih Abdul Hamed al Ruqai, également appelé Abou Anas al Libi, a été transféré d’un régime de détention militaire à une détention de droit commun le 12 ou le 13 octobre. Dans une déclaration publiée le 14 octobre, le procureur fédéral du district sud de New York a annoncé qu’Abou Anas al Libi avait été transféré dans cette juridiction étant donné qu’il était sous le coup d’une inculpation dans l’État de New York depuis 1998. Selon l’acte d’accusation en question, il est accusé entre autres de participation aux attentats à l’explosif commis en août 1998 contre les ambassades des États-Unis en Tanzanie et au Kenya, qui ont fait 224 morts et de nombreux blessés. Abou Anas al Libi a été présenté le 15 octobre devant un tribunal fédéral. Il a plaidé non coupable des charges retenues contre lui, mais le juge a tout de même ordonné son placement en détention dans l’attente de son procès. Amnesty International est inquiète à l’idée qu’il soit détenu dans des conditions non conformes aux normes (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !