Écrire Russie. Craintes pour la sécurité d’une membre des Pussy Riot qui a « disparu » ( Nadezhda Tolokonnikova)

AU 302/13, EUR 46/050/2013, 4 novembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 DÉCEMBRE 2013 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Nadejda Tolokonnikova, membre emprisonnée du groupe punk Pussy Riot, aurait été emmenée à bord d’une voiture le 22 octobre, vraisemblablement en vue de son transfert dans une autre colonie pénitentiaire. Cependant, on ignore où elle se trouve depuis. Amnesty International est très inquiète pour sa sécurité et son bien-être. La législation russe oblige seulement l’administration pénitentiaire à prévenir l’un des membres de la famille d’une personne emprisonnée du lieu où celle-ci est détenue dans les 10 jours qui suivent son arrivée dans une nouvelle colonie pénitentiaire. Il n’y a toutefois aucune limite légale de durée pendant laquelle un prisonnier peut être en transit. L’un des avocats de Nadejda Tolokonnikova a affirmé à Amnesty International que l’administration pénitentiaire faisait probablement exprès de « lui rendre la vie difficile » en la gardant en transit. Ce maintien prolongé en transit pourrait être un moyen de pression et une sanction de facto pour sa récente lettre ouverte critiquant l’administration pénitentiaire et pour la grève de la faim qu’elle a ensuite entamée. Au vu des dernières pressions et manœuvres d’intimidation que Nadejda Tolokonnikova semble avoir subies de la part de responsables de la colonie pénitentiaire où elle était détenue auparavant, ses proches et avocats craignent fortement (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.