Écrire Irak. Des exilés iraniens enlevés et détenus

Action complémentaire sur l’AU 242/13, MDE 14/021/2013, 19 novembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 31 DÉCEMBRE 2013 On sait désormais que les sept exilés iraniens enlevés le 1er septembre se trouvent aux mains des forces de sécurité irakiennes dans un lieu de détention officieux du centre de Bagdad. Ils risquent se subir des actes de torture et d’autres mauvais traitements, et pourraient être renvoyés de force en Iran. Selon des sources fiables, les sept personnes concernées ont été transférées sous haute sécurité dans un lieu de détention officieux situé sur l’ancien aéroport d’Al Muthana, dans le centre de Bagdad, à la fin du mois de septembre. Elles font toujours l’objet d’une enquête. Il s’agit de six femmes, Fatemeh Tahoori, Vajihe Karbalaey (alias Vajihe Karbalaey Fatah), Mahnaz Azizi (alias Mahbobeh Lashkari), Lila Nabahat, Zahra Ramezani (alias Sedegh Ebrahimpour) et Fatema Sakhie, et d’un homme, Mohammad Ratebi (alias Mohsen Nicknamei). Ces personnes appartiennent toutes à l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (OIMP), un groupe d’opposition. Les sept exilés ont été enlevés le 1er septembre 2013 au camp d’Ashraf, à une soixante de kilomètres au nord-est de Bagdad, dans le gouvernorat de Diyala. Des hommes armés ont mené un raid contre le camp et ont fait feu, tuant 52 habitants. Un enregistrement vidéo et des photographies montrent que nombre des victimes ont été abattues d’une balle dans la tête alors que certaines étaient menottées. Selon les témoins vivant dans le camp, les sept (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse