Écrire Bangladesh. Le journaliste Mahmudur Rahman risque la torture

Action complémentaire sur l’AU 95/13, ASA 13/017/2013, 5 décembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 JANVIER 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 4 décembre dernier, Mahmudur Rahman, rédacteur en chef d’un journal bangladais, a été transféré d’une prison à un poste de police de Dacca, ce qui l’expose à d’éventuels actes de torture. Ces craintes sont entretenues par des informations fiables indiquant que cet homme a déjà été torturé en avril dernier alors qu’il était en garde à vue. Mahmudur Rahman a été arrêté à son bureau le 11 avril 2013, après la publication dans Amar Desh – le journal pour lequel il travaille – d’articles critiques à l’égard du gouvernement et de certains blogueurs dont les commentaires ont été perçus comme blasphématoires par certains groupes religieux. Ses avocats affirment qu’il a été torturé par des policiers pendant sa garde à vue. Le 17 avril, Mahmudur Rahman a été déféré devant un magistrat qui a ordonné son transfert en prison. Le lendemain, il a été conduit à l’hôpital, son état de santé s’étant détérioré au bout de deux jours de grève de la faim. Cet homme avait cessé de se nourrir pour protester contre l’interdiction de publication frappant son journal, ainsi que le harcèlement et la détention de plusieurs membres de son équipe. Il est ensuite retourné en prison. Le 4 décembre dernier, Mahmudur Rahman a été transféré de la prison n° 2 de Kashimpur vers le poste de police de Tejgaon à Dacca, ce qui l’expose au risque d’être (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.