Écrire Iran. Des enseignants Ahwazis risquent d’être exécutés prochainement.

Action complémentaire sur l’AU 137/12, MDE 13/053/2013, 9 décembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 JANVIER 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Hadi Rashedi et Hashem Shabani Amouri, deux enseignants emprisonnés appartenant à la minorité arabe ahwazie d’Iran, ont été transférés dans un lieu inconnu, ce qui laisse penser que leur exécution pourrait être imminente. Le 7décembre, Hadi Rashedi et Hashem Shabani Amouri ont été transférés dans un lieu inconnu. Ils se trouvaient jusqu’alors à la prison de Karoun, à Ahvaz (province du Khuzestan). Ils pourraient être exécutés très prochainement. En effet, Amnesty International a appris récemment que quatre hommes appartenant à la minorité arabe ahwazie avaient été exécutés en secret en novembre ou décembre 2013. Hadi Rashedi et Hashem Shabani Amouri ont été arrêtés début septembre 2011, ainsi que trois autres hommes, Mohammad Ali Amouri, Sayed Jaber Alboshoka et son frère Sayed Mokhtar Alboshoka, apparemment en raison de leurs activités culturelles au profit de la minorité ahwazie d’Iran. Le 7 juillet 2012, ils ont été condamnés à mort par la deuxième chambre du tribunal révolutionnaire d’Ahvaz pour « inimitié à l’égard de Dieu », « corruption sur terre », « rassemblement et collusion en vue de porter atteinte à la sûreté de l’État » et « propagande contre le régime ». Privés d’avocat et de tout lien avec leurs familles pendant leurs neuf premiers mois de détention, ils auraient subi des actes de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse