Écrire Honduras. Le journaliste hondurien Juan Carlos Argeñal, abattu

AU 329/13, AMR 37/018/2013, 10 décembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 JANVIER 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 7 décembre, le journaliste hondurien Juan Carlos Argeñal a été abattu à son domicile par deux inconnus. Au Honduras, les journalistes, les avocats et les défenseurs des droits humains courent de graves dangers dans le cadre de leur profession. Une enquête approfondie et impartiale doit être ouverte de toute urgence. Le 7 décembre vers 15 heures, deux hommes armés se seraient rendus au domicile de Juan Carlos Argeñal, à Danlí (département méridional d’El Paraíso) et ont tiré sur lui à deux reprises. Juan Carlos Argeñal était un correspondant de Radio Globo et Globo TV, ainsi que le propriétaire d’une chaîne de télévision locale et un militant du Parti de la liberté et de la refondation (LIBRE). Dans les mois précédant son homicide, il avait traité de la corruption au sein des autorités locales. En juillet 2013, Juan Carlos Argeñal a expliqué au Comité des familles de détenus et disparus du Honduras (COFADEH), groupe de défense des droits humains, qu’il avait été victime de manœuvres d’intimidation du fait de ses activités professionnelles. Il a rapporté que les autorités locales avaient exercé des pressions sur lui en le convoquant deux fois au sujet d’autorisations de diffusion. Il a aussi indiqué au COFADEH qu’il s’était présenté à chacun des rendez-vous et qu’il craignait que la démarche des autorités ne soit liée à ses (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse