Écrire Azerbaidjan. Le journaliste détenu Parviz Hashimli affirme avoir été torturé

AU 335/13, EUR 55/012/2013, 13 décembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 24 JANVIER 2014 : Le journaliste Parviz Hashimli a été torturé en détention, mais les tribunaux continuent d’ignorer ses requêtes. Le 13 décembre, le tribunal du district de Sabail a tenu audience afin d’examiner la demande de transfert de Parviz Hashimli, depuis le centre de détention et d’investigation du ministère de la Sécurité nationale au centre de détention et d’investigation de la ville de Bakou. En guise de protestation, Parviz Hashimli a refusé de prendre part à l’audience, le juge ayant ignoré sa requête que lui soient retournées les notes écrites confisquées par des agents du ministère de la Sécurité nationale. Ces notes contiendraient des éléments détaillés sur les actes de torture et les mauvais traitements qu’il a subis. Alors qu’il était escorté hors du tribunal et montait dans la voiture qui l’attendait, Parviz Hashimli a réussi à crier aux journalistes et aux personnes présentes qu’il avait été torturé. Les notes en question expliquaient en détail les tortures et les mauvais traitements infligés à Parviz Hashimli, mais elles lui ont été confisquées et son avocat s’est vu interdire de quitter le centre de détention du ministère de la Sécurité nationale pendant 48 minutes, jusqu’à ce qu’il rende ces notes. Parviz Hashimli a fait savoir à son avocat qu’il avait été soumis à des mauvais traitements lors d’« interrogatoires non enregistrés » qui se déroulaient dans des pièces inconnues au sein du ministère, où il a été conduit les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir