Écrire Espagne. Le kazakh Alexandre Pavlov risque la torture en cas d’extradition

Action complémentaire sur l’AU 192/13, EUR 41/005/2013, 18 décembre 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 JANVIER 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le Conseil des ministres espagnol doit prendre une décision concernant la demande d’extradition adressée par le Kazakhstan au sujet du demandeur d’asile Alexandre Pavlov. Des éléments crédibles indiquent que cet homme, qui entretient des liens avec Moukhtar Ablïazov, figure de l’opposition kazakhe, risquerait d’être torturé s’il était renvoyé au Kazakhstan. Le Conseil des ministres espagnol a le pouvoir d’annuler son extradition et devrait agir dans ce sens. Les autorités espagnoles détiennent Alexandre Pavlov, demandeur d’asile âgé de 37 ans, dans le but de le renvoyer au Kazakhstan, son pays d’origine. L’Espagne a le devoir de ne pas renvoyer une personne dans un pays où elle risquerait fortement d’être persécutée ou victime d’autres graves violations de ses droits. Néanmoins, cette extradition a été approuvée en première instance par une chambre de l’Audience nationale, puis confirmée en appel le 8 novembre dernier en séance plénière, à 11 voix contre sept. Le Conseil des ministres devrait bientôt se prononcer sur cette affaire. Alexandre Pavlov ne pouvant plus déposer aucun recours auprès des tribunaux espagnols, il revient au gouvernement – qui a le pouvoir de passer outre la décision de l’Audience nationale – d’empêcher l’extradition ou le transfert d’une autre manière de cet homme vers le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse