Écrire Iran. Des grévistes de la faim en mauvaise santé.

Action complémentaire sur l’AU 258/13, MDE 13/001/2014, 7 janvier 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 FÉVRIER 2014 Des sunnites de la minorité kurde d’Iran qui ont entamé une grève de la faim il y a 64 jours sont en grave danger car leur état de santé se détériore. Par leur action, ils entendent protester contre leur condamnation à mort et leurs conditions de détention. Jamshid Dehghani, son frère cadet Jahangir Dehghani, Hamed Ahmadi et Kamal Molayee, qui observent une grève de la faim (pas d’ingestion de nourriture, uniquement de l’eau) depuis le 4 novembre, sont actuellement dans un état critique. Depuis le 30 décembre, ces quatre hommes ont perdu connaissance à plusieurs reprises, à la suite de quoi ils ont été placés sous perfusion au centre médical de la prison de Ghezel Hesar à Karaj, au nord-ouest de Téhéran. Ils refusaient les soins systématiquement dès qu’ils reprenaient connaissance. Sedigh Mohammadi et Hadi Hosseini, qui avaient entamé une grève de la faim en même temps que les quatre hommes cités précédemment, ont mis un terme à leur action le 28 décembre, après que leurs avocats commis d’office leur ont indiqué que les peines de mort prononcées à leur encontre avaient été annulées. Amnesty International croit savoir que la Cour suprême a pris cette décision en raison de préoccupations relatives à la santé mentale de ces deux condamnés et a ordonné que ceux-ci soient rejugés par une juridiction inférieure. Jamshid Dehghani, Jahangir Dehghani, Hamed Ahmadi et Kamal Molayee, quant à eux, ont été (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir