Écrire Iran. La santé de Mohammad Reza Pourshajari, un blogueur incarcéré, se dégrade

Action complémentaire sur l’AU 293/13, MDE 13/002/2014, 11 janvier 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 FÉVRIER 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. La santé de Mohammad Reza Pourshajari, blogueur iranien incarcéré, prisonnier d’opinion, se dégrade. Il a besoin de toute urgence de soins médicaux spécialisés. Mohammad Reza Pourshajari, 53 ans, a été conduit au centre médical de la prison de Ghezal Hesar le 4 janvier, lorsqu’il s’est soudain senti incapable de respirer. Il a reçu une injection, mais le personnel médical a refusé de lui dire ce qu’elle contenait lorsqu’il l’a demandé. Le procureur général de la province d’Alborz, à Karaj, au nord-ouest de Téhéran, avait demandé aux autorités carcérales le 6 novembre 2013 que Mohammad Reza Pourshajari puisse passer un examen afin d’évaluer ses besoins médicaux. Mohammad Reza Pourshajari a été conduit à l’hôpital Imam Khomeini à Téhéran le 25 décembre pendant une heure : il a été ausculté par une infirmière qui n’était pas en mesure d’examiner son cœur, pour lequel il a besoin de soins spécialisés ; il a en effet eu deux crises cardiaques en raison d’obstruction artérielle. La fille de Mohammad Reza Pourshajari, Mitra Pourshajari, a indiqué à Amnesty International qu’aucun diagnostic ni test médical n’avait été réalisé lors de ce check-up pour évaluer les problèmes cardiaques de son père. Mohammad Reza Pourshajari est en mauvaise santé depuis au moins septembre 2012, date de sa première crise cardiaque. Après (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse