Écrire Bahreïn. Le militant Hussain Jawad libéré sous caution en attendant son procès.

Action complémentaire sur l’AU 318/13, MDE 11/004/2014, 13 janvier 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 25 FÉVRIER 2014 Le défenseur bahreïnite des droits humains Hussain Jawad a été libéré sous caution le 9 janvier dernier, mais il risque encore d’être jugé pour des infractions seulement liées à l’exercice de son droit à la liberté d’expression. Le 9 janvier 2014, soit 46 jours après son arrestation, Hussain Jawad, président de l’Organisation européenne-bahreïnite pour les droits humains, a été relâché de la prison de Dry Dock en échange d’une caution de 100 dinars bahreïnites (environ 200 euros). Cet homme est notamment inculpé d’« incitation à la haine envers le régime ». Il risque maintenant d’être jugé mais aucune date n’a encore été fixée. Hussain Jawad a été arrêté le 24 novembre dernier en raison d’un discours qu’il a prononcé le 13 novembre lors d’un rassemblement à Manama, la capitale du pays. Le 25 novembre, il a été déféré au parquet, qui a ordonné sa détention pour 15 jours en vue d’un complément d’enquête et son transfert vers la prison de Dry Dock, à Manama. Lors de son intervention, cet homme a appelé le peuple bahreïnite à revendiquer ses droits, pacifiquement et sans crainte, et durement critiqué les autorités. Amnesty International a visionné une vidéo de ce discours et estime qu’il ne comprenait aucune incitation à la violence. Le 8 décembre dernier, Hussain Jawad a été emmené au poste de police d’Al Noaim, dans le nord-ouest de Manama, pour y être interrogé en l’absence de son avocat, qu’il n’a pas été autorisé à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !