Écrire Bahrein. Enquête douteuse sur des actes de torture sur Ahmad Fardan

Action complémentaire sur l’AU 3/14, MDE 11/005/2014, 16 janvier 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 FÉVRIER 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le photojournaliste bahreïnite Ahmad Fardan a été libéré sous caution le 9 janvier en attendant qu’une enquête soit menée sur une nouvelle charge de « participation à une attaque au cocktail Molotov contre la police en décembre ». Il a affirmé avoir été torturé. Le 9 janvier vers 21 heures, Ahmad Fardan a été libéré sous caution de la prison de Dry Dock, à Manama, la capitale bahreïnite. Dans la journée, il avait été emmené à la direction de la prison afin de rencontrer un membre de l’Unité spéciale d’enquête, organe créé au sein du parquet afin de mener des investigations sur les allégations faisant état d’actes de torture et d’autres mauvais traitements, d’homicides et d’autres violations imputables aux forces de sécurité. L’enquêteur lui avait demandé des informations au sujet des actes de torture et des autres mauvais traitements qu’il aurait subis depuis son arrestation et avait attribué sa présence à l’Action urgente publiée le 7 janvier. Ahmad Fardan lui avait donné des détails sur les actes de torture dont il affirmait avoir été victime. Le 11 janvier, il a accordé un entretien au journal bahreïnite Al Wasat à propos des actes de torture et des autres mauvais traitements auxquels il a affirmé avoir été soumis dans le véhicule des forces de sécurité qui l’emmenait à la Direction des enquêtes criminelles, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse