Écrire Turkménistan. Geldy Kiarizov, un ancien prisonnier, se voit refuser des soins médicaux urgents.

Action complémentaire sur l’AU 35/12, EUR 61/001/2014, 28 janvier 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 MARS 2014. La santé de Geldy Kiarizov, emprisonné après être tombé en disgrâce auprès des autorités turkmènes, est toujours très préoccupante. Cet homme a besoin de soins médicaux de toute urgence, mais sa famille et lui sont constamment surveillés par les forces de sécurité et n’ont pas l’autorisation de voyager. Geldy Kiarizov, éleveur de chevaux et ancien directeur de l’association Turkmen Atlary (« Chevaux turkmènes »), gérée par l’État, a besoin de soins médicaux de toute urgence. Le 22 janvier 2014, accompagné de sa femme, de sa fille âgée de 12 ans et de sa belle-sœur, cet homme a voulu se rendre chez un orthopédiste pour obtenir un traitement. Selon des sources fiables, plusieurs agents à bord de 10 voitures du ministère de la Sécurité nationale les ont suivis avant de les encercler pour les obliger à s’arrêter. Trois d’entre eux ont forcé la belle-sœur de Geldy Kiarizov à mettre les mains derrière le dos et essayé de la mettre à terre. Cette famille a ensuite été amenée dans un poste de police pour y être interrogée. Des agents chargés de l’application des lois auraient jeté la fille de Geldy Kiarizov dans une voiture de police, et celle-ci se serait alors cogné la tête. Une fois au poste de police, elle n’aurait pas eu le droit d’aller aux toilettes. La belle-sœur de Geldy Kiarizov a dû recevoir des soins médicaux à son arrivée car elle souffrait d’hypertension et de douleurs à la poitrine. Néanmoins, une fois (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées