Écrire Bahrein. Un homme, Ahmed Mohammad Saleh al Arab, détenu au secret, risque d’être torturé.

AU 21/14, MDE 11/008/2014, 4 février 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 MARS 2014 Ahmed Mohammad Saleh al Arab, détenu depuis 27 jours, n’est toujours pas autorisé à recevoir de visites de sa famille. On craint que les autorités ne cherchent ainsi à dissimuler qu’il a été torturé pendant sa détention au secret. Cet homme est privé de soins médicaux. Ahmed Mohammad Saleh al Arab, 22 ans, a été arrêté le 9 janvier 2014 lors d’une descente de police effectuée au domicile de l’un de ses amis à Madinat Hamad, dans le centre de Bahreïn, où il se cachait. Il avait été contraint à entrer dans la clandestinité après avoir été arrêté et torturé en février 2012, lors des manifestations organisées à l’occasion du premier anniversaire du soulèvement à Bahreïn. Au moment de l’arrestation, le 9 janvier, Ahmed et son ami ont été battus et d’autres habitants de la maison ont été fouillés et menacés. Le même jour, les forces de sécurité ont effectué une descente au domicile d’Ahmed al Arab, à Bani Jamra. Des agents sont entrés et ont perquisitionné sans autorisation. Pendant la perquisition, ils ont nié avoir arrêté Ahmed al Arab, bien qu’un membre de sa famille les ait vus le battre à bord du véhicule de police. Malgré les demandes qu’elle a adressées à la Direction des enquêtes criminelles, au ministère public et à la police, la famille d’Ahmed al Arab est restée sans nouvelles de lui jusqu’au 13 janvier, date à laquelle il a pu téléphoner brièvement à son père. Il a juste eu le temps de lui dire qu’il allait bien avant de raccrocher. Sa (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse