Écrire Pérou. La famille Máxima Acuña, risquant une expulsion, reçoit des menaces.

Action complémentaire sur l’AU 182/13, AMR 46/004/2014, 5 février 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 MARS 2014 Máxima Acuña a été menacée de mort au téléphone le 30 janvier et harcelée par la police à de nombreuses reprises. Un différend juridique l’oppose à une compagnie minière au sujet du titre de propriété d’un terrain sur lequel cette femme vit avec sa famille, dans le nord du Pérou. Ces personnes risquent constamment d’être victimes d’une expulsion de force, d’agressions et de menaces de la part de la police. Maxima Acuña et sa famille, des petits paysans, sont en conflit avec la compagnie minière Yanacocha au sujet du terrain où ils vivent, à Tragadero Grande, dans la commune de Sorochuco (région de Cajamarca). Yanacocha affirme être propriétaire du terrain, tout comme la famille de Máxima Acuña. En juillet 2013, un tribunal a annulé un jugement de 2012 ayant déterminé que cette famille était coupable d’occupation illégale de terrain, après que l’entreprise eut porté l’affaire devant la justice. Le juge a estimé que la première procédure présentait une série d’irrégularités, notamment le refus d’examiner des éléments produits par la famille de Máxima Acuña, comme par exemple des documents relatifs à l’achat du terrain. Le juge a ordonné l’ouverture d’un nouveau procès. La prochaine audience doit avoir lieu en mars. Tandis que la famille attend que la justice tranche, elle a signalé avoir été menacée et harcelée par la police à de multiples reprises. Le 30 janvier, Máxima Acuña a reçu l’appel d’un homme qui lui a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse