Écrire Etats-Unis. Une juge en faveur de la grâce a l’approche de l’ exécution de Ernest Suggs

AU 34/14, AMR 51/012/2014, 21 février 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 AVRIL 2014 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ernest Suggs, 58 ans, condamné à mort en Floride, a épuisé toutes ses voies de recours ordinaires et cherche maintenant à obtenir la grâce. Si celle-ci lui est refusée, l’État fixera la date de son exécution. La juge qui l’a condamné à mort en 1992 est en faveur de la clémence. Dans la soirée du 6 août 1990, Pauline Casey a disparu alors qu’elle était au travail, dans un bar du comté de Walton, en Floride. Son corps a été retrouvé le lendemain matin dans les hautes herbes bordant un chemin de terre à quelques kilomètres de là. Elle avait été poignardée et avait succombé à une hémorragie. Un jury a déclaré Ernest Suggs coupable de ce meurtre et voté à sept voix contre cinq en faveur de la peine capitale. La juge a accepté cette décision et prononcé la peine de mort le 15 juillet 1992. Cette même juge, maintenant à la retraite, a écrit à Rick Scott, gouverneur de la Floride, en août dernier pour lui demander de commuer cette sentence en réclusion à perpétuité, « une peine qui bénéficierait davantage à tous les citoyens de la Floride ». Ernest Suggs continue de clamer son innocence. Cet homme a été déclaré coupable sur la base d’éléments de preuve indirects et du témoignage de deux anciens compagnons de cellule, James Taylor et Wallace Byars, qui ont affirmé qu’il leur avait avoué être coupable. Ces deux hommes nient avoir reçu quoi que (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.