Écrire Egypte. 1 200 familles expulsées de force au Caire

AU 37/14, MDE 12/010/2014, 21 février 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 AVRIL 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le gouvernorat du Caire a expulsé de force au moins 1 200 familles le 18 février et a démoli leurs habitations. Il ne leur a, semble-t-il, pas donné de préavis ni proposé de solution de relogement. Au moins 300 familles seraient toujours sans abri. Le 18 février, les forces de sécurité égyptiennes ont expulsé de force au moins 1 200 familles dans le district d’Ezbet Al Nakhl, au Caire, et ont arrêté au moins 16 hommes. Les autorités n’ont absolument pas tenté de consulter les habitants et ne leur ont pas donné de préavis. Selon les pouvoirs publics, 400 familles ont été relogées dans le quartier d’Al Marg deux jours après l’expulsion. Pourtant, certaines familles ont indiqué à Amnesty International qu’on ne leur avait proposé des appartements qu’après qu’elles avaient été contraintes de dormir dans la rue et que 300 familles au moins étaient toujours sans abri. Selon des témoins oculaires, les forces de sécurité ont tiré en l’air à balles réelles pour effrayer les habitants qui manifestaient leur opposition. Ces personnes ont aussi vu des policiers tirer deux femmes par les cheveux, frapper des enfants et arrêter des hommes qui refusaient de quitter leurs logements. On ne sait pas exactement combien de familles vivaient à Ezbet Al Nakhl mais, selon des sources fiables, les chiffres officiels sous-estiment fortement le nombre de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse