Écrire Pakistan. Craintes pour la santé de Mohammad Asghar, un détenu âgé

Informations complémentaires sur l’AU 23/14 ASA 33/004/2014, 19 mars 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 AVRIL 2014 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Masud Ahmad est revenu au Royaume-Uni après avoir été libéré sous caution au Pakistan. Mohammad Asghar est toujours en détention. Ses avocats craignent pour sa santé. En novembre 2012, Masud Ahmad, membre de la communauté religieuse ahmaddiya âgé de 72 ans, a été incarcéré à la prison de district de Lahore pour avoir récité un passage du Coran, ce qui est interdit aux ahmadis en vertu du droit pakistanais. Il est récemment revenu au Royaume-Uni après avoir été libéré sous caution au Pakistan. Mohammad Asghar, âgé de 69 ans, a été arrêté au titre des lois relatives au blasphème en 2010 et condamné à mort en janvier 2014, après avoir semble-t-il écrit des lettres où il affirmait être un prophète. Ses avocats maintiennent qu’il n’a jamais été démontré qu’il avait posté ces lettres ni eu l’intention de les poster. Mohammad Asghar est toujours en détention à la prison d’Adiala, à Rawalpindi, où il ne reçoit pas de adaptés. Sa santé mentale et physique est fragile et ses avocats demandent aux autorités la permission de le faire examiner et évaluer par un psychiatre dans la prison, afin qu’il puisse recevoir le traitement approprié. Mohammad Asghar a souffert d’un accident vasculaire cérébral en 2000. Un expert d’Écosse l’a par la suite diagnostiqué comme souffrant de schizophrénie paranoïaque ; Mohammad Asghar a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir