Écrire Etats-Unis. Nouvelle contestation d’éléments de preuve à l’approche de l’exécution d’Anthony Doyle.

Action complémentaire sur l’AU 48/14, AMR 51/018/2014, 20 mars 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 MARS 2014 Un nouveau recours a été déposé auprès des tribunaux texans dans l’affaire d’Anthony Doyle. Lors du procès, le parquet aurait présenté des éléments faux concernant la capacité de réinsertion de cet homme. Anthony Doyle doit être exécuté le 27 mars prochain pour un meurtre commis alors qu’il avait tout juste 18 ans. Anthony Doyle a été condamné à mort en 2004. S’il avait eu trois mois de moins au moment des faits (le meurtre de Hyun Mi Cho en 2003), il ne risquerait pas une telle sentence. Dans l’arrêt Roper c. Simmons, rendu en 2005, la Cour suprême des États-Unis a interdit l’application de la peine de mort pour les accusés âgés de moins de 18 ans à l’époque où l’infraction a été commise, reconnaissant l’immaturité, l’impulsivité, le manque de discernement et de sens des responsabilités, et la vulnérabilité aux pressions exercées par l’entourage dont les jeunes font souvent preuve. Elle a également souligné que ceux-ci pouvaient encore mûrir et changer. Au Texas, pour obtenir une condamnation à mort, le ministère public doit persuader le jury que l’accusé représentera un danger pour la société s’il reste en vie, même en prison. La capacité de réinsertion de l’accusé doit donc être en prise en considération. Lors du procès d’Anthony Doyle, le procureur a fait le portrait d’un jeune délinquant qui s’est vu proposer de l’aide et des opportunités, mais qui les a rejetées par sa mauvaise conduite persistante. Il a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.