Écrire Fédération de Russie. Les preuves retenues contre le militant Rouslan Koutaev ont probablement été fabriquées de toutes pièces.

AU 66/14 EUR 46/023/2014, 20 mars 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1ER MAI 2014 Rouslan Koutaev, un militant de la société civile, a été placé en détention par les autorités tchétchènes et semble-t-il torturé après avoir organisé une conférence en mémoire des victimes des déportations infligées par Staline aux populations du Caucase. Le 20 février, à Atchkhoï-Martan, localité de la République tchétchène, dans la Fédération de Russie, Rouslan Koutaev a été arrêté pour possession d’héroïne par près de 30 hommes armés. Selon les informations reçues, le groupe qui l’a arrêté comptait des agents de sécurité attachés au président tchétchène Ramzan Kadyrov, des agents de police et des hommes sans insigne identifiable. Le 21 février, à environ 1 h du matin, Rouslan Koutaev a été amené à un poste de police de Grozny. Il a par la suite pu contacter un avocat et lui a dit qu’avant d’être amené au poste de police, il avait été conduit dans une cave du siège de la présidence, au centre de Grozny, où il aurait été déshabillé, battu et torturé à l’électricité. Ses tortionnaires auraient aussi proféré des menaces contre sa famille. Le 24 février, un membre de l’ONG Comité contre la torture a pu rendre visite à Rouslan Koutaev et a relevé les graves contusions qu’il présentait. Amnesty International a également vu un enregistrement vidéo fait pendant que Rouslan Koutaev était en détention : sur ces images, il présente des contusions sur une large partie de son corps et, sous sa peau, on peut voir une côte qui pointe à un angle inhabituel. Rouslan (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse