Écrire Tsering Dhondup (h), 27 ans

ASA 31/005/2008 - AU 80/08 Dans la soirée du 23 février, la police népalaise aurait arrêté Tsering Dhondup, réfugié tibétain, au Centre d’accueil des Tibétains de Katmandou, au Népal. On ignore toujours où il se trouve actuellement. Amnesty International craint qu’il n’ait été expulsé vers la Chine, où il risquerait sérieusement d’être torturé ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements. Tsering Dhondup est arrivé à Katmandou le 4 février après s’être enfui de Chine. Il a demandé de l’aide pour se rendre en Inde auprès du Centre d’accueil des Tibétains, un centre administré par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Katmandou. Le 22 février, il avait rempli la plupart des formalités requises et n’attendait plus que l’approbation finale du HCR et des services népalais de l’immigration pour obtenir son visa de sortie. Il aurait dû quitter le Népal le 25. Selon des témoins, cependant, le 23 février, à 23 heures, plus d’une cinquantaine de policiers népalais sont arrivés au centre sans notification préalable, l’ont encerclé et ont franchi les grilles d’entrée. Sous le commandement de l’adjoint du chef de la police de Katmandou, des policiers ont fouillé les dortoirs, avant de procéder à l’arrestation de Tsering Dhondup. À la connaissance d’Amnesty International, aucune autre personne n’a été arrêtée ce soir-là ; il a été placé en détention au centre de Hanoman Dhoka à Katmandou. Le lendemain matin, 24 février, Tsering Dhondup aurait été conduit, menottes aux poignets, dans les locaux des (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !