Écrire Mohamed Fatmia (h), maçon, 35 ans ; Mohamed Rahmouni (h), 27 ans

MDE 28/014/2007 - AU 216/07 Amnesty International a appris que Mohamed Fatmia et Mohamed Rahmouni avaient respectivement été arrêtés en juin et en juillet. Ils sont depuis lors détenus au secret dans un lieu inconnu, une situation qui les expose sérieusement au risque de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Amnesty International pense qu’ils se trouvent entre les mains d’agents du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le service de renseignement de l’armée. Mohamed Fatmia a été appréhendé dans la matinée du 6 juin par des membres des forces de sécurité en civil, alors qu’il travaillait sur un chantier d’Ain El Kerma, un quartier d’Alger, la capitale. Son patron, arrêté en même temps que lui, a été libéré le soir même. Fatmia Mohamed n’a cependant pas été revu depuis. Sa famille s’est rendue dans plusieurs postes de police d’Alger pour obtenir de ses nouvelles, mais s’est vu déclarer à chaque fois que Fatmia Mohamed était inconnu de leurs services. Trois autres hommes interpellés à peu près au même moment dans le cadre de la même affaire ont été traduits devant les autorités judiciaires après quelque douze jours de garde à vue. Ils avaient été détenus par le DRS et auraient été torturés. Mohamed Rahmouni a été arrêté dans la matinée du 18 juillet par trois membres des forces de sécurité en civil à un arrêt d’autobus situé près de son domicile, à Bourouba (Alger). Le 24 juillet, des agents des forces de l’ordre ont perquisitionné à son domicile. Le 29, ils sont revenus et ont demandé à ses (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse