Écrire Bahreïn. Un procès suit son cours malgré des allégations de torture( Nafeesa al-‘Asfoor and Rayhana al-Mousawi,)

Action complémentaire sur l’AU 232/12, MDE 11/012/2014, 28 mars 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 9 MAI 2014 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le procès de deux manifestantes – qui avaient essayé d’entrer sur un circuit de Formule 1 lors d’une manifestation pendant le Grand Prix de Bahreïn de l’an passé – a repris le 25 mars dernier. Ces deux femmes ont déclaré au tribunal avoir été victimes de torture. L’une d’elle a déjà été condamnée à cinq ans de prison dans une autre affaire. Le procès de Nafeesa al Asfoor et Rayhana al Mousawi, qui a commencé le 12 décembre 2013, a repris le 25 mars dernier devant la Haute Cour criminelle de Bahreïn. Ces deux femmes sont jugées pour « possession d’explosifs » et « organisation d’actes terroristes » en vertu de la Loi antiterroriste, après avoir essayé d’entrer sur un circuit de Formule 1 lors du Grand Prix de Bahreïn de l’an passé. Toutes deux nient les faits qui leur sont reprochés. Lors d’une audience qui s’est tenue le 12 janvier dernier, Rayhana al Mousawi a déclaré devant le tribunal avoir été torturée et obligée de signer des « aveux » lors de son interrogatoire. Selon ses dires, après qu’elle se soit plainte de ces agissements devant le ministère public, un magistrat a menacé de lui faire subir de nouveaux interrogatoires à moins qu’elle n’accepte de signer des « aveux » l’incriminant. Le juge a apparemment préféré demander à Rayhana al Mousawi de quitter la salle du tribunal plutôt que d’ordonner une (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse