Écrire Brígida Asongsua Elo (f)

AFR 24/002/2008 - Action complémentaire sur l’AU 37/08 (AFR 24/001/2008, 11 février 2008) Brígida Asongsua Elo, qui est détenue sans inculpation ni jugement au poste de police central de Malabo, est privée des soins médicaux requis par son état de santé. Amnesty International a appris que Brígida Asongsua Elo souffrait d’hypertension, une affection pour laquelle elle n’est traitée que sporadiquement. On ignore à quelle fréquence elle reçoit ce traitement. Du fait de son hypertension, elle est souvent prise de vertiges et sujette à des évanouissements, ainsi que des saignements de nez et de la bouche. Ce n’est qu’à ces occasions-là qu’elle est conduite à l’hôpital pour bénéficier de soins en consultation externe, avant d’être ramenée au poste de police. Des médecins de l’hôpital ont apparemment recommandé son hospitalisation, afin qu’elle soit soumise à des examens et bénéficie de soins, mais la police s’y oppose. Brígida Asongsua Elo est toujours détenue dans des conditions éprouvantes qui s’apparentent à un traitement cruel et dégradant. Elle est enfermée dans une cellule commune avec 70 à 100 détenus – des hommes pour la plupart - sans toilettes ni autres sanitaires, si bien qu’elle n’a aucune intimité. Fin février ou début mars, le président du tribunal d’instruction et de première instance de Malabo a notifié l’avocat de Brígida Asongsua Elo d’une ordonnance de comparution aux fins d’interrogatoire, en vue de déterminer si son arrestation et son placement en détention étaient juridiquement fondés. Or, la police (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse