Écrire Iran. Le syndicaliste Shahrokh Zamani, puni pour sa grève de la faim

AU 89/14, MDE 13/019/2014, 16 avril 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 MAI 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Shahrokh Zamani, syndicaliste et prisonnier d’opinion iranien, a mis un terme à sa grève de la faim au bout de 38 jours. Il est en mauvaise santé. Il risque de subir des représailles pour avoir demandé le respect des droits des détenus à la prison de Rajai Shahr. Après avoir mis un terme à sa grève de la faim (il buvait de l’eau mais refusait de s’alimenter) le 14 avril, le syndicaliste Shahrokh Zamani a été transféré dans une aile réservée aux détenus violents ou dangereux à la prison de Rajai Shahr, à Karaj, au nord-ouest de Téhéran. Il avait déjà été transféré à la prison de Ghezel Hessar, également à Karaj, peu après le début de sa grève de la faim. La prison de Ghezel Hessar, réputée pour les mauvaises conditions qui y règnent, ne dispose pas d’une aile réservée aux prisonniers politiques. Lors de son transfert, le 14 avril, Shahrokh Zamani aurait été frappé au visage par des gardiens et ses lunettes auraient été brisées. Le 16 avril au matin, il a été emmené à l’extérieur de la prison pour interrogatoire et ramené le jour même. On lui a indiqué qu’il risquait d’être inculpé de « trouble à l’ordre public » en raison des activités militantes qu’il avait menées depuis la prison, notamment sa grève de la faim et les lettres ouvertes qu’il avait rédigées au sujet de ses conditions de détention. Selon une source proche d’Amnesty (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir