Écrire Etats-unis. La santé mentale d’un condamné a mort en cause à l’approche de l’exécution (Robert Campbell)

Action complémentaire sur l’AU 90/14, AMR 51/029/2014, 6 mai 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 13 MAI 2014 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les avocats de Robert Campbell, qui se trouve dans le couloir de la mort, au Texas, pour un crime commis à l’âge de 18 ans, ont présenté un recours fondé sur de nouveaux éléments attestant d’une déficience intellectuelle de leur client, ce qui rendrait son exécution inconstitutionnelle. Celle-ci reste fixée au 13 mai. Le 3 janvier 1991, Alexandra Rendon a disparu après avoir quitté son travail dans une banque de Houston. Son corps a été retrouvé 12 jours plus tard. Sa mort a été attribuée à une blessure par balle dans le dos. Robert Campbell, qui avait alors 18 ans, a été arrêté le lendemain au domicile de sa mère. Il a été déclaré coupable de meurtre passible de la peine capitale et condamné à mort en mai 1992. Le 5 mai 2014, les avocats de Robert Campbell ont présenté un recours devant une juridiction de l’État du Texas. S’appuyant sur les conclusions d’une évaluation réalisée le 4 avril, les avocats avancent que leur client présente une légère déficience intellectuelle qui rendrait son exécution illégale aux termes de la décision rendue en 2002 par la Cour suprême des États-Unis et interdisant l’exécution de personnes souffrant d’un « retard mental ». La Cour suprême n’a pas défini cette notion (on parle aujourd’hui généralement de « déficience intellectuelle »), mais a évoqué les définitions utilisées par (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.