Écrire Etats-unis. La santé mentale d’un condamné a mort en cause à l’approche de l’exécution (Robert Campbell)

Action complémentaire sur l’AU 90/14, AMR 51/029/2014, 6 mai 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 13 MAI 2014 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les avocats de Robert Campbell, qui se trouve dans le couloir de la mort, au Texas, pour un crime commis à l’âge de 18 ans, ont présenté un recours fondé sur de nouveaux éléments attestant d’une déficience intellectuelle de leur client, ce qui rendrait son exécution inconstitutionnelle. Celle-ci reste fixée au 13 mai. Le 3 janvier 1991, Alexandra Rendon a disparu après avoir quitté son travail dans une banque de Houston. Son corps a été retrouvé 12 jours plus tard. Sa mort a été attribuée à une blessure par balle dans le dos. Robert Campbell, qui avait alors 18 ans, a été arrêté le lendemain au domicile de sa mère. Il a été déclaré coupable de meurtre passible de la peine capitale et condamné à mort en mai 1992. Le 5 mai 2014, les avocats de Robert Campbell ont présenté un recours devant une juridiction de l’État du Texas. S’appuyant sur les conclusions d’une évaluation réalisée le 4 avril, les avocats avancent que leur client présente une légère déficience intellectuelle qui rendrait son exécution illégale aux termes de la décision rendue en 2002 par la Cour suprême des États-Unis et interdisant l’exécution de personnes souffrant d’un « retard mental ». La Cour suprême n’a pas défini cette notion (on parle aujourd’hui généralement de « déficience intellectuelle »), mais a évoqué les définitions utilisées par (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !