Écrire Venezuela. Des militants en détention (243 personnes), risquent des mauvais traitements

AU 119/14, AMR 53/013/2014, 9 mai 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 JUIN 2014 Entre le 7 et le 8 mai dernier, les forces de sécurité à Caracas ont arrêté 243 personnes impliquées dans les manifestations antigouvernementales qui perdurent au Venezuela. On ignore où se trouvent celles qui n’ont pas encore été libérées. Celles-ci risquent de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Entre le 7 et le 8 mai 2014, les forces de sécurité des municipalités de Chacao et Baruta à Caracas, la capitale du pays, ont appréhendé 243 individus dans quatre camps improvisés installés dans le cadre des manifestations antigouvernementales organisées dans le pays depuis février dernier. Certains d’entre eux ont déjà été remis en liberté, parmi lesquels des mineurs. Les proches de ceux maintenus en détention ont fait part de leurs craintes au vu des informations faisant état de la brutalité dont les forces de sécurité ont fait preuve lorsqu’elles ont détruit ces quatre camps. Ils ont également expliqué ne pas savoir où se trouvent exactement leurs parents en détention. Dans le cadre des manifestations qui perdurent au Venezuela, Amnesty International a reçu des dizaines de plaintes concernant des actes de torture et d’autres traitements cruels, inhumains et dégradants commis par des agents des forces de sécurité à l’encontre de manifestants lors de leur arrestation, de leur transfert ou de leur détention. La sécurité et le droit à une procédure régulière des détenus sont gravement compromis. DANS LES (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir