Écrire Oman. Ibrahim Abdullah Juma al Balushi, Nasser al Ehyai, Said al Zeidi, Talal Mohammed al Maamari arbitrairement arrêtés risquent d’être torturés

AU 127/14 - MDE 20/001/2014 - 16 mai 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 JUIN 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Quatre hommes sont détenus au secret à Oman, sans inculpation. Ils risquent de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. L’homme d’affaires Ibrahim Abdullah Juma al Balushi aurait été arrêté le 6 mai près de Wadi Al Jezi, un lieu de passage de la frontière avec les Émirats arabes unis. Il était allé rendre visite à sa mère à Shinas, une ville du nord d’Oman. Ibrahim al Balushi vit et travaille à Al Ain, aux Émirats arabes unis, mais il est originaire d’Oman. Le même jour, Nasser al Ehyai et Said al Zeidi, qui travaillent respectivement pour les ministères de la Main-d’œuvre et de l’Agriculture, l’ingénieur Ali Mohammed al Maamari et son beau-frère Talal Mohammed al Maamari, enseignant et neveu de Talib al Maamari (un membre du Conseil consultatif), ont été convoqués à la section spéciale (al Qism al Khas) du siège de la police à Mascate, la capitale. Deux jours plus tard, les quatre hommes se sont présentés au siège de la police et ont été arrêtés. Ali al Maamari a été remis en liberté sans inculpation le 8 mai. Les quatre autres hommes n’ont pas contacté leurs familles depuis leur arrestation, et il semblerait qu’aucun d’eux n’ait pu communiquer avec un avocat. Lorsque des proches d’Ibrahim al Balushi et de Talal al Maamari se sont rendus au siège de la police à Mascate, les 12 et 14 mai, ils n’ont pas pu voir (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse