Écrire Colombie. Des militants des droits à la terre menacés

Action complémentaire sur l’AU 50/14, AMR 23/019/2014 23 mai 2014 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 4 JUILLET 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Mardi 20 mai, des hommes armés ont essayé de tuer Enrique Cabezas, l’un des dirigeants du mouvement en faveur de la restitution de terres à la communauté afro-colombienne, près d’une base militaire du bassin du fleuve Curvaradó, dans le nord-ouest de la Colombie. Rafael Truaquero, qui réclame également la restitution de ces terres, et sa famille ont eux aussi été menacés. Le 20 mai, un groupe d’hommes armés sont venus chercher Enrique Cabezas, fer de lance du mouvement en faveur de la restitution de terres à sa communauté, dans une maison où il se cachait à Llano Rico, un hameau de la municipalité de Ríosucio, dans le département de Chocó. Quelques minutes plus tôt, Enrique Cabezas, qui était suivi par des inconnus depuis l’après-midi, a été menacé de mort au téléphone. Son interlocuteur lui a notamment dit qu’il allait être assassiné le soir même. Il est parvenu à s’enfuir. Enrique Cabezas a été victime de menaces à maintes reprises, car il est l’une des personnes qui dénoncent les liens unissant les paramilitaires et les forces de sécurité dans cette zone, et qui critiquent l’établissement d’une base militaire sur des terres dont les populations du Curvaradó sont collectivement propriétaires et dont elles demandent la restitution. L’une des bases militaires du bataillon de la jungle n° 54, qui (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir