Écrire France. Plus de 200 Roms menacés d’expulsion forcée

AU 141/14, EUR 21/002/2014 28 mai 2014 Plus de 200 Roms, dont une cinquantaine de mineurs, vivant dans un quartier informel près de Bobigny (banlieue nord-est de Paris), risquent d’être expulsés de force après que la municipalité a entamé une procédure en ce sens. Un tribunal de Bobigny rendra une décision à ce propos vendredi 30 mai. Les Roms vivant dans ce camp ont officiellement été informés vendredi 23 mai par un huissier de justice qu’une procédure d’expulsion avait été lancée. Quelques jours plus tôt, des représentants de la municipalité dans laquelle se trouve le camp se sont rendus sur place et ont annoncé aux résidents qu’ils seraient expulsés lundi 2 juin. Ils n’ont pas précisé comment la procédure se déroulerait, suscitant inquiétude et anxiété chez les Roms. Amnesty International estime que les habitants de ce camp n’ont pas été consultés, et aucune solution de relogement n’a été proposée à ces familles à ce jour. Elles vivent désormais dans l’incertitude la plus totale, ignorant de quoi leur avenir sera fait, et risquent de se retrouver à la rue d’un jour à l’autre. Les enfants du camp sont bien intégrés dans leurs écoles respectives, et bénéficient du soutien de leurs camarades de classe et de leurs enseignants. La Délégation interministérielle à l’hébergement et l’accès au logement a cité l’éducation que reçoivent actuellement ces enfants roms à Bobigny comme un exemple de bonnes pratiques. Expulser ces familles de force perturberait l’éducation de ces enfants, comme cela est arrivé après d’autres (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir