Écrire Egypte. Un tribunal prononce 183 condamnations à mort et cinq peines d’emprisonnement.

Action complémentaire sur l’AU 100/14 MDE 12/038/2014, Égypte 24 juin 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 5 AOÛT 2014 Le 21 juin, un tribunal égyptien a condamné 183 personnes à la peine capitale à l’issue d’un procès manifestement inéquitable. Parmi les condamnés à mort figurent Mohamed Badie, un des dirigeants des Frères musulmans, et un homme qui, aveugle, n’a pas pu prendre part à un quelconque mouvement de violences politiques. La juridiction pénale d’El Minya a déclaré les accusés coupables d’avoir participé à une attaque meurtrière contre un poste de police dans le village d’Adwa, en août 2013. Les peines prononcées le 21 juin ont fait suite à une audience manifestement inique qui s’était tenue le 25 mars et au cours de laquelle la cour avait interrogé plus de 50 témoins et 74 accusés en l’absence de leurs avocats et en l’espace de quelques heures. Ni les accusés ni leurs familles n’ont pu assister à l’audience du 21 juin qui s’est aussi caractérisée, selon un observateur d’Amnesty International, par la présence de nombreux membres des forces de sécurité. La cour a prononcé en outre une peine de 15 années d’emprisonnement à l’encontre de l’un des 183 condamnés à mort, ainsi que quatre autres peines de prison. Les 496 autres personnes qui passaient en jugement ont été acquittées. Aux termes du droit égyptien, un tribunal pénal doit, avant de prononcer une condamnation à mort, consulter le Mufti, la plus haute autorité religieuse du pays. Le 28 avril le tribunal avait soumis au Mufti la totalité des 683 cas parties au (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir