Écrire Soudan. Une militante féministe, Amira Osman Hamed, continue de faire l’objet de poursuites

Action complémentaire sur l’AU 253/13, AFR 54/013/2014, 30 juin 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 AOÛT 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Amira Osman Hamed, une militante soudanaise des droits des femmes, est toujours sous le coup d’une inculpation de « tenue indécente » pour avoir refusé de porter le voile. Les poursuites engagées contre elle doivent être abandonnées et la loi au titre de laquelle elle a été inculpée doit être abolie. Amira Osman Hamed a été arrêtée le 27 août 2013 par la police de l’ordre public pour avoir refusé de couvrir ses cheveux avec un foulard. Elle a été inculpée de « tenue indécente » en vertu de l’article 152 du Code pénal soudanais, qui s’inscrit dans un vaste ensemble de lois connu sous le nom de « régime de l’ordre public ». Celui-ci prévoit des châtiments corporels et des amendes contre tout ce qui est considéré comme un comportement immoral. Si elle est reconnue coupable, elle risque un châtiment corporel pouvant aller jusqu’à 40 coups de fouet. Amira Osman Hamed a été remise en liberté sous caution le 27 août 2013, après avoir été retenue au poste de police durant quatre heures. Son procès, qui devait s’ouvrir le 19 septembre, a été reporté à plusieurs reprises après un recours formé par ses avocats auprès du procureur général du Soudan et du ministre de la Justice, au motif que l’article 152 est contraire à la Constitution. Selon les avocats, le ministre de la Justice délibère encore sur ce recours et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir