Écrire Koweït. (suivi) : Deux militants Bidun de nouveau arrêtés après des manifestations

Action complémentaire sur l’AU 47/14, MDE 17/005/2014, 15 juillet 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 AOÛT 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les militants bidun Abdulhakim al Fadhli et Abdullah Atallah ont été une nouvelle fois appréhendés le 7 juillet dernier après des manifestations au Koweït. Ces hommes sont peut-être des prisonniers d’opinion. Les militants bidun Abdulhakim al Fadhli et Abdullah Atallah ont été une nouvelle fois appréhendés le 7 juillet 2014. Ils sont actuellement détenus à la prison centrale à Koweït. Abdulhakim al Fadhli a été arrêté à un poste de contrôle devant cette prison alors qu’il surveillait des manifestants appelant à la libération de Musallam al Barrak, interpellé le 2 juillet dernier pour avoir « insulté le pouvoir judiciaire ». En apprenant l’identité d’Abdulhakim al Fadhli, un officier de haut rang l’a insulté, frappé et arrêté. Il lui a ainsi perforé le tympan gauche et l’a blessé à l’oreille droite. Le 8 juillet, le ministère public a ordonné la détention d’Abdulhakim al Fadhli, en présence de son avocat, pour 10 jours en attendant l’approfondissement de l’enquête et l’a inculpé d’« outrage à un agent des forces de sécurité ». Le dossier a été transmis à un tribunal correctionnel. Le 13 juillet, Abdulhakim al Fadhli a porté plainte contre l’agent qui l’a agressé. Abdullah Atallah a été appréhendé le 7 juillet au soir lors d’une descente faite à son domicile par une vingtaine de policiers armés, alors que sa (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !