Écrire Egypte. Un tribunal s’apprête à juger 494 personnes après des manifestations

AU 202/14, MDE 12/042/2014, 14 août 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 25 SEPTEMBRE 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un tribunal du Caire s’apprête à juger 494 personnes pour leur implication présumée dans les violences qui ont éclaté pendant des manifestations en août 2013. Cette affaire pourrait voir un très grand nombre de condamnations à mort. Parmi les prévenus figurent 11 mineurs et un jeune homme de 18 ans, Ibrahim Halawa, citoyen possédant la double nationalité égyptienne et irlandaise, qu’Amnesty International considère comme un prisonnier d’opinion. Le procès est lié aux manifestations qui ont eu lieu les 16 et 17 août 2013 dans le quartier Ramsès, dans le centre du Caire. Au moins 97 personnes ont trouvé la mort à cette occasion, principalement en raison du recours à des moyens de répression disproportionnés par les forces de sécurité. Plus de 400 des 494 prévenus sont accusés de meurtre et de tentative de meurtre, infractions passibles de la peine de mort en vertu du droit égyptien. Les autres sont accusés d’avoir « dégradé des biens publics », « manifesté sans autorisation », « agressé les forces de sécurité » et « entravé le travail d’institutions nationales ». Selon le dossier de l’affaire, qu’Amnesty International a consulté, la plupart de la centaine d’individus qui seront appelés à témoigner sont des policiers ou des représentants gouvernementaux. Sur les 494 prévenus, d’autres sont peut-être des prisonniers d’opinion, détenus (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !