Écrire Cambodge. Des membres de l’opposition arrêtés et inculpés

AU 204/14, ASA 23/007/2014, 15 août 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 SEPTEMBRE 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Cinq membres jeunes et deux responsables du principal parti d’opposition cambodgien sont visés par une action en justice arbitraire et à caractère politique à la suite d’une manifestation qui s’est conclue dans la violence le 15 juillet 2014. Le 15 juillet, de violents heurts ont éclaté entre des sympathisants du Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC) et des agents de la force publique du district lors d’une manifestation organisée pour dénoncer la fermeture du parc de la Liberté à Phnom Penh, la capitale du pays, et demander la levée de l’interdiction des rassemblements pacifiques. Les autorités cambodgiennes affirment que 38 agents ont été blessés, dont certains gravement. Au moins six sympathisants du PSNC ont eux aussi été blessés. Sept députés du PSNC et une personne chargée de la mobilisation ont été arrêtés entre les 15 et 17 juillet. Inculpés d’incitation à la violence, de provocation et d’incitation à l’insurrection, ils ont été libérés sous caution après avoir passé une semaine en prison. Les poursuites engagées contre les députés ont été abandonnées, car ils disposent de l’immunité parlementaire. La personne chargée de la mobilisation, Oeur Narith, a été de nouveau interrogée par la justice, le 13 août. Le responsable de la branche jeune du PSNC, Khin Chamrouen, et deux leaders de la section jeune du parti à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse