Écrire Soudan. Ibrahim El Sheikh, un dirigeant de l’opposition, encourt la peine de mort

AU 206/14, AFR 54/018/2014, 18 août 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 SEPTEMBRE 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ibrahim El Sheikh, un dirigeant de l’opposition soudanaise, est détenu depuis le 8 juin. Son état de santé se détériore et il encourt la peine de mort. Ibrahim El Sheikh est le président du Congrès national, un parti d’opposition. Il a été arrêté le 8 juin 2014 à l’issue d’une manifestation publique organisée à Al Nuhud (Kordofan de l’Ouest), au cours de laquelle il avait dénoncé les attaques menées contre des civils dans les États du Kordofan du Sud et du Darfour par les Forces d’appui rapide, une milice à la solde du gouvernement. Un groupe composé de nombreux agents des forces de sécurité auraient procédé à l’interpellation le 8 juin, tôt dans la matinée, au domicile d’Ibrahim El Sheikh, à Al Nuhud. Cet homme doit répondre de six accusations : on lui reproche notamment d’avoir incité à porter atteinte et porté lui-même atteinte au régime constitutionnel, charge passible de la peine capitale. Selon les informations reçues par Amnesty International, l’état de santé d’Ibrahim El Sheikh s’est détérioré en détention. Il souffre notamment d’un trouble intestinal permanent, qui occasionne des saignements. Le 10 août, il a été transporté à l’hôpital policier de Khartoum, où des médecins ont estimé qu’il devait être opéré après l’avoir examiné. Amnesty International a appris que les médecins souhaitaient procéder immédiatement à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse