Écrire Colombie, des femmes demandant la restitution de leurs terres menacées de mort

AU 209/14 AMR 23/028/2014, 20 août 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er OCTOBRE 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Plusieurs membres de l’association de femmes en milieu rural ASOMUPROCA reçoivent des menaces de mort depuis qu’elles essaient de récupérer leurs terres du département de Magdalena, dans le nord de la Colombie. Le 8 août, Sol Carranza participait, en tant que représentante de l’Association des femmes productrices rurales (ASOMUPROCA), à une réunion dans les locaux de l’unité chargée d’assurer le soutien et le dédommagement intégral des victimes (UARIV) de la municipalité de Ciénaga, dans le département de Magdalena, quand son téléphone a sonné à de nombreuses reprises. Après avoir ignoré les premiers appels, elle a répondu et s’est entendu dire : « Si tu viens sur ces terres, on te tuera, parce que vous ne recevrez pas ces terres ». Sol Carranza et d’autres membres de l’ASOMUPROCA ont déjà reçu des menaces de mort et subi des actes d’intimidation. Au cours de ces derniers mois, Mauris Herazo López, qui appartient aussi à l’ASOMUPROCA, a reçu jusqu’à 16 appels d’intimidation par jour depuis le numéro qui avait servi à appeler Sol Carranza. Les femmes de l’ASOMUPROCA demandent, en vertu de la Loi relative aux victimes et à la restitution des terres (Loi n° 1448), la restitution de la zone de Playones de Pivijay sur la municipalité de Pivijay, dans le département de Magdalena. Le 27 juin 2014, 66 femmes de l’ASOMUPROCA ont été (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.