Écrire Titi Masudi (h), défenseur des droits humains ...

... Kahindo Kabaya (h), Bikay Kusimuweri (h), Patrick Kabula (h), Ngunda Bawula (h), Fabrice Buregeya (h), 13 ans, ainsi qu’au moins 35 autres personnes. AFR 59/003/2007 - AU 213/07 Le 13 août, la police ougandaise a arrêté au moins 41 étrangers, dont les personnes nommées ci-dessus, à Kampala, la capitale. Ils ont été initialement détenus au secret au siège de l’Unité d’intervention rapide de la police à Kireka (Kampala), où des détenus ont déjà été torturés. De récentes informations tendent à indiquer que certains ont été transférés, le 17 ou le 18 août, à Luzira, la prison centrale de Kampala. Amnesty International craint que les personnes qui n’ont pas encore été transférées du siège de l’Unité d’intervention rapide de la police à Kireka ne soient détenues au secret, une situation qui les exposerait au risque de torture. Ces détenus sont pour la plupart immigrés ; parmi eux figurent 15 Congolais, huit Tanzaniens, trois Rwandais, un Kenyan et un Somalien. Un certain nombre d’entre eux se sont vu accorder le statut de réfugié par les autorités ougandaises. Ils sont soupçonnés d’avoir reproduit des clés de chambres d’hôtel et de s’être livrés à des vols dans des établissements hôteliers. Ces arrestations s’inscrivent manifestement dans une opération lancée par le gouvernement, dont l’objectif est de débarrasser la ville des personnes qu’il qualifie d’« indésirables » avant la réunion des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth, qui doit s’y tenir du 25 au 27 novembre. Lorsque la police a appris qu’Amnesty (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.