Écrire Malaisie. Répression de la liberté d’expression

AU 231/14, ASA 28/009/2014, 17 septembre 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 OCTOBRE 2014 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Avec la hausse alarmante ces dernières semaines en Malaisie des cas de recours aux dispositions très répressives de la Loi sur la sédition, les responsables politique de l’opposition, les défenseurs des droits humains, les avocats, les étudiants, les universitaires et les journalistes sont confrontés au risque d’arrestation arbitraire et d’emprisonnement. Cette loi est utilisée contre des personnes qui exercent sans violence leur droit à la liberté d’expression. Depuis le début du mois d’août, huit personnes au moins ont été inculpées en Malaisie pour des déclarations considérées comme « séditieuses » en vertu de la Loi sur la sédition. Elles risquent une peine d’emprisonnement. Les huit personnes – Wan Ji Wan Hussin, Chow Mun Fai, Ali Abdul Jalil, David Orok, Azmi Sharom, N. Surendran, Khalid Samad et R.S.N. Rayer – sont poursuivies au titre de l’article 4 de la Loi sur la sédition, qui réprime les propos et publications à caractère séditieux. À la connaissance d’Amnesty International, ce sont désormais 15 personnes qui se sont vu notifier un chef de sédition. Amnesty International juge très préoccupante la Loi sur la sédition, qui érige en infraction toute une série d’actes, notamment les actes « tendant à inciter au mécontentement envers ceux qui exercent le pouvoir ou envers le gouvernement », ou le fait de « (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse